Rapport du Groupe de travail n°1

Demain, une mobilité décarbonée, c’est possible !


Télécharger le rapport du GT1

À l’heure où les métropoles envisagent de bannir la voiture polluante des centres villes, des moyens de transports nouveaux et plus propres deviennent des solutions alternatives crédibles et prometteuses.

Demain, davantage de véhicules propres sur les routes de France.

La France compte 39 millions de véhicules en circulation (sans compter les camions et autres moyens de transports). 120 000 sont électriques ou hybrides.

Demain, c’est-à-dire en 2035, 3 millions de véhicules électriques seront en circulation selon une hypothèse basse et jusqu’à 15 millions selon une hypothèse optimiste. À condition que les infrastructures soient disponibles, ce qui suppose une augmentation drastique des points de recharge.

Grâce aux progrès technologiques, à la baisse des coûts des batteries électriques, à l’augmentation de leur autonomie, ce qui paraissait hier encore inaccessible est aujourd’hui un futur désirable et envisageable.

Le réseau électrique d’aujourd’hui est-il capable de supporter cette nouvelle charge ?

La consommation d’électricité en France va continuer à diminuer malgré le développement de la voiture électrique. En revanche, celui-ci aura un impact significatif sur l’appel de puissance. Des progrès technologiques couplés à des offres tarifaires attractives doivent être envisagés dès aujourd’hui pour permettre au réseau électrique d’absorber cette nouvelle façon d’utiliser l’électricité et de la restituer dans le réseau.

En plus de l’électrique, d’autres solutions alternatives au pétrole se développent

Elles sont multiples : le gaz, l’hydrogène, les biocarburants, notamment pour les transports maritimes et aériens. À chaque type de transport sa solution décarbonée.

Tandis que les Français, à l’instar des Européens, aspirent à plus de mobilité et à moins de contraintes et se tournent vers des énergies renouvelables, la mobilité décarbonée apparaît comme un objectif réalisable, si l’on prend en compte un certain nombre de contraintes techniques, environnementales et financières.